Conseil du 8e arrondissement du 16 mai 2022 : je vous rends compte




Nous avons tenu lundi 16 mai 2022 notre 15e Conseil d’arrondissement de la mandature 2020-2026. Chantier du 25-27 rue de Constantinople, restauration des lavatories de la Madeleine, rétropédalage de la maire de Paris sur certains points de sa politique de stationnement, information des riverains sur les projets d’aménagement de l'avenue des Champs-Elysées et de la place de la Concorde, création d’un “caniparc” dans le 8e, point de situation sur les installations de station Trilib’ dans l’arrondissement, etc. Vous trouverez ici l’ordre du jour de la séance, ici un compte rendu intégral et ci-dessous un compte rendu synthétique des enjeux et de mes principales interventions.



Chantier du 25-27 rue de Constantinople : la "charte de qualité de chantier" face à un mur

Nous avons eu à émettre un avis sur un sujet concernant le projet d’aménagement du site du 25-27 rue de Constantinople. Comme vous le savez, je soutiens ce projet de la Ville de Paris pour réaliser un groupe scolaire et des logements sociaux, même si j'ai dès l'origine déploré la légèreté avec laquelle l'Hôtel de Ville a mal anticipé certaines difficultés du chantier, liées en particulier à la sous-estimation de la pollution du site.


Compte tenu des nuisances déjà subies par les riverains et de la durée prévisionnelle des travaux, j'ai à plusieurs reprises proposé que la mairie du 8e arrondissement prenne l’initiative, comme l'ont fait (et ont l'habitude de le faire) de nombreux autres arrondissements parisiens, de signer une “charte de qualité de chantier” avec le maître d’oeuvre, afin de protéger au mieux les riverains contre les travaux bruyants et gênants de ce lourd et long chantier. J'ai renouvelé ma proposition ce lundi 16 mai.


Comme je m'y attendais, cette charte a été une nouvelle fois refusée par la maire du 8e arrondissement en dépit de son utilité.


En dépit de ces réserves, j'ai voté voté pour cette délibération.



Restauration des lavatories de la Madeleine : enfin !

Enfin ! Enfin, après une mandature 2014-2020 perdue, la Ville de Paris semble finalement se mobiliser pour l’avenir, la restauration et l’entretien des lavatories de la place de la Madeleine.


Ce dossier emblématique me tient tout particulièrement à cœur. Chaque année depuis 2014, je suis intervenue auprès des différentes parties prenantes concernées pour le faire avancer, au besoin en déplorant l'immobilisme coupable des pouvoirs publics.


Bref retour en arrière… La Maire de Paris avait conclu en 2015 un contrat de concession avec la société 2Theloo pour l’exploitation des lieux, avec notamment l’entretien et le gardiennage extérieurs des lavatories. Mais rien n’avait été fait depuis… la Ville invoquant des difficultés financières de la société concessionnaire, dont l’activité aurait été impactée par les conséquences touristiques d’une série de crises, avec les attentats de Paris (2015), l’incendie de Notre-Dame (2019) et la Covid-19 (2020-2021).


La délibération “2022 DVD 13” vise donc à prolonger de 3 ans le contrat, de sorte que le concessionnaire assure enfin la mise en œuvre de la rénovation intérieure des lavatories, remette le site en état d’usage et mette en valeur son intérêt patrimonial, conformément au Permis de construire (PC) déposé en décembre 2021. La Ville précise que l’ouverture au public du site après rénovation intérieure par le concessionnaire devra être effective au plus tard 6 mois après la délivrance du PC.


Bien sûr, je ne prends pas cette délibération pour argent comptant et je continuerai donc de suivre attentivement l’avancement du dossier. Et d’interpeller la Mairie de Paris autant de fois qu’il le faudra, comme je l’ai encore fait en vidéo le 8 mai dernier. Jusqu’à ce que des résultats concrets soient enfin constatés sur place, notamment pour l’état des mosaïques extérieures. D'autant que le PC est toujours en cours d'instruction.


Mais ce projet de délibération allait dans le bon sens. C’est pourquoi j'ai voté “pour”.



Stationnement de surface : la maire de Paris... rétropédale !

Nous avons ensuite examiné un projet de délibération portant diverses mesures - y compris tarifaires - sur le stationnement de surface. La maire de Paris réalisant être allée trop loin dans sa politique prétendument écologique, mais dûment punitive, décidée au terme des "Etats généraux du stationnement" (2021), elle rétropédale manifestement sur plusieurs mesures tarifaires et techniques de stationnement, "pour faciliter la relation à l'usager" comme elle l’écrit pudiquement.


Si les modalités de stationnement pour déménager ou pour certains professionnels sont opportunément assouplies, le dispositif continue de faire peser de lourdes contraintes sur des publics pourtant confrontés à divers titres à des difficultés en termes de mobilité.


Ayant déploré qu'elle pédale… je ne peux que me réjouir qu'elle amorce un rétropédalage ! Je me suis donc abstenue sur ce projet de délibération.



Stationnement payant des deux-roues thermiques : la fausse bonne idée du "Pass 2 Roues Motorisés"

Le stationnement payant des deux-roues thermiques en surface sera mis en place en septembre prochain, suite à la réforme du stationnement approuvée le 6 juillet 2021 par le Conseil de Paris.


La maire de Paris propose de créer un "Pass 2RM" pour - je la cite - "rendre le stationnement plus attractif en sous-sol".


Il est évident que le stationnement des deux-roues doit être mieux régulé à Paris. A fortiori pour les scooters thermiques dont les nuisances sonores et environnementales sont de moins en moins tolérées en ville. Il en va aussi de la tenue et de la sécurité d’un espace public de plus en plus encombré et anarchique. Les évolutions en cours pourraient du reste opportunément favoriser la généralisation du deux-roues électrique.


Tout l’intérêt de l'usage du deux-roues résidant dans la liberté d’action qu’il offre en termes de mobilité, je suis néanmoins réservée sur la pertinence de cette incitation à stationner en sous-sol. Elle dissimule mal les nouvelles contraintes pesant sur le stationnement en surface. D'autant que les tarifs sont élevés et impacteront eux aussi le pouvoir d'achat des pilotes parisiens : ils atteignent pour le centre de Paris 1,2 € / h, 90 € / mois, 256 € / trimestre et 990 € / an. Ce “Pass 2RM” n’est ainsi qu’une goutte d’incitation dans un océan municipal de dissuasions et d’interdictions.


C'est pourquoi je me suis abstenue sur ce projet de délibération. Au contraire, la majorité d'arrondissement a voté "pour", sans exprimer la moindre observation ou réserve...



Réaménagement de l'avenue des Champs-Elysées et de la place de la Concorde : élus et riverains seront-ils informés ?

Source : https://www.paris.fr/pages/les-champs-elysees-se-refont-une-beaute-21040
Source : https://www.paris.fr/pages/les-champs-elysees-se-refont-une-beaute-21040

Les élus et les habitants du 8e arrondissement apprennent toujours indirectement - soit dans la presse, soit dans la communication de la Ville de Paris, soit encore dans un dossier de presse - l’état d’avancement des projets de réaménagement du secteur des Champs-Elysées - de la place de la Concorde à la place de l'Etoile en passant par l'avenue et les jardins des Champs-Elysées. Deux projets en cours de réflexion concernent ainsi la place de la Concorde, celui de son aménagement durable dans le cadre du réaménagement global des Champs-Elysées et celui de son équipement provisoire dans le cadre des JO 2024.


Ce fut à nouveau le cas le 11 mai 2022 avec une énième communication de la maire de Paris sur son projet pour “réenchanter” les Champs-Elysées. La Ville de Paris veut engager une rénovation des Champs-Elysées avec un projet en 2 temps :

  1. Une 1ère phase de travaux vise à rénover et végétaliser la seule avenue d'ici 2024 ; ces travaux démarrent... dans les prochaines semaines !

  2. Une 2nde phase, qui s'étalera de 2024 à 2030, aura pour objectif de la reverdir en profondeur.

Pour mémoire, les élus et les habitants du 8e arrondissement ne sont toujours pas officiellement informés de ces projets d’aménagement, en dépit de deux précédents vœux de ma part sur ce même sujet. Beaucoup sont pourtant préoccupés par la dégradation du patrimoine de la place de la Concorde - bien que le site soit classé ainsi que la plupart des bâtiments et monuments à proximité.


Cette absence d’information est d’autant plus regrettable que certains projets sont discutables voire difficiles à justifier. La maire de Paris a-t-elle véritablement vocation à “réenchanter” les Champs-Elysées aux frais du contribuable parisien mais dans l'intérêt bien compris des acteurs privés de l'avenue ? Ne doit-elle pas plutôt protéger et préserver le patrimoine de la capitale ?


Nous avions alerté de longue date et à de nombreuses reprises sur la nécessité d'associer élus et riverains avant qu'il ne soit trop tard. Mais dès lors que les Parisiens osent souhaiter être associés à un projet municipal, c’est toujours soit "trop tôt", soit "trop tard". Il y a un an, lors de notre Conseil d’arrondissement du 18 mai 2021, la maire du 8e arrondissement me répondait encore que le projet d’aménagement des Champs-Elysées n’existait pas tant que son financement n'était pas sécurisé. Puis, dans Le Parisien du 12 mai 2022, elle se félicitait que “tout cela va dans le bon sens” car “il est temps de redonner un souffle à cette avenue qui a perdu beaucoup de sa splendeur”. Entre-temps, elle aura donc fait preuve d’un attentisme coupable… Non seulement elle n’aura pas fait le nécessaire pour que la maire de Paris informe les élus et les riverains sur le projet de réaménagement, mais elle n’aura pas pris elle-même la moindre initiative pour assurer a minima cette information...


C’est pourquoi j'ai déposé et défendu un vœu pour que la maire de Paris informe enfin officiellement et dans les meilleurs délais les élus et les habitants du 8e arrondissement sur le projet de réaménagement global des Champs-Elysées, et notamment sur les projets d’aménagement durable et d’équipement provisoire de la place de la Concorde, ainsi que les projets de restauration patrimoniale. Une réunion publique d’information dans les prochaines semaines serait la bienvenue !


La majorité d'arrondissement et les oppositions LREM et PS ont voté contre mon vœu, sacrifiant une nouvelle fois sans le moindre argument l'intérêt des habitants du 8e arrondissement sur l'autel de la préservation de leur entente avec la maire de Paris.



Bientôt un "caniparc" dans le 8e arrondissement ?

Il existe à Paris intra-muros 13 espaces canins dits “caniparcs” où les chiens n’ont pas à être tenus en laisse par leurs maîtres - par dérogation à la Réglementation générale des jardins et des bois appartenant à la Ville de Paris qui dispose que les chiens doivent toujours être tenus en laisse par leurs maîtres dans les espaces verts qui leur sont accessibles : Place Renée Vivien (3e), Allée du Séminaire Jean-Jacques-Ollier (6e), Place Fontenoy (7e), Mail Pierre-Desproges (11e), Square Saint-Eloi (12e), Square Jacques-Antoine (14e), Allée des chiens du parc Georges-Brassens (15e), Sentier nature au niveau du pont du Ranelagh (16e), Avenue Dode-de-la-Brunerie (16e), Square Sainte-Périne (16e), Avenue de la Porte de Villiers (17e), Square des Batignolles (17e) et Boulevard Sérurier (19e).


Des propriétaires de chiens du 8e arrondissement demandent eux aussi régulièrement à pouvoir laisser gambader sans laisse leurs chiens (qui ne sont ni de 1ère catégorie – “chiens d’attaque” – ni de 2e catégorie – “chiens de garde et de défense”) dans un espace vert limité et pour un temps limité, en contrepartie de leur engagement à respecter la sécurité et la propreté des lieux.


Cette demande apparaît légitime compte tenu du bien-être que le chien procure à son maître citadin, du lien social qu’il permet de tisser entre différentes populations de propriétaires, et de l’animation sympathique non-génératrice de gêne que créent les rassemblements de propriétaires de chiens.


Or les jardins des Champs-Elysées et le jardin des Abords du Petit Palais offrent d’importantes superficies de terrain où l’affluence d’usagers est généralement peu élevée. Et ils devraient faire l’objet d’un prochain réaménagement dans le cadre de celui de l’avenue des Champs-Elysées.


C’est pourquoi j'ai déposé et défendu un vœu pour que la maire de Paris crée un “caniparc” dans le 8e arrondissement, par exemple dans les jardins des Champs-Elysées ou le jardin des Abords du Petit Palais à l’occasion du projet de réaménagement global des Champs-Elysées.


La maire du 8e m'a indiqué qu'un projet municipal serait dans les tuyaux pour que chaque arrondissement parisien soit doté d'un parc canin. Dans le 8e, une expérimentation pourrait être menée place du Guatemala derrière l'église Saint-Augustin. Je suivrai très attentivement l'avancement de ce projet.



Où en sommes-nous des installations de stations Trilib' dans le 8e ?

Il y a un an, l’installation “à titre expérimental” de plusieurs stations Trilib’ dans les rues du 8e arrondissement avait suscité une levée de boucliers de la part de riverains déplorant l’absence de concertation et d’information préalable, et s’étonnant des choix de lieux d’installation (par exemple lorsqu'une station était installée sur une voie où le besoin n’était pas évident puisque les copropriétés disposaient toutes de locaux poubelles suffisamment vastes pour stocker les différents bacs de tri).


Ces riverains avaient alors exigé de la Mairie de Paris des garanties pour prévenir la survenance de nouvelles nuisances sonores, olfactives et visuelles, et pour que le slogan municipal “le tri en bas de chez vous” ne se transforme pas en nuisances en bas de chez eux.


J'ai donc demandé à la maire du 8e arrondissement de nous communiquer un point de situation sur les installations de Trilib’ réalisées et projetées dans le 8e arrondissement, et le cas échéant suivant quel calendrier. J'ai aussi rappelé qu'il serait utile de rendre public les critères à l'aune desquels est appréciée la réussite de cette expérimentation, ainsi que leur satisfaction station par station.


Dans sa réponse à ma question, la maire du 8e a estimé que l'expérimentation des stations Trilib' était globalement positive après quelques ajustements consécutifs à des plaintes. Chaque station serait vidée entre 2 et 4 fois par mois, dès que les capteurs atteignent 80% de remplissage.

458 vues0 commentaire