Régulons le quick commerce !



La crise sanitaire a accéléré le développement sauvage du commerce en ligne dans la distribution alimentaire avec les dark kitchens et dark stores.


Les externalités négatives sont trop nombreuses pour le commerce alimentaire traditionnel, l’espace public, la tranquillité des riverains, les conditions de travail des livreurs.


Plusieurs rues du 8e sont concernées par cette ubérisation rampante de la ville : il est temps de réguler !


Catherine Lécuyer


("tribune" publiée dans Paris Huitième n°138 de septembre 2022)

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout