Valoriser le patrimoine culturel immatériel des luthiers de la rue de Rome



Le journal du 8e avait mis à l’honneur dans son édition de mars la rue de Rome et ses dizaines d’ateliers et boutiques, comme “sanctuaire des instruments à vent et à cordes”. Un beau reportage. En effet, depuis 1911 et l’installation du conservatoire régional rue de Madrid, le quartier concentre de manière unique des artisans luthiers aux savoir-faire exceptionnels qui contribuent à son rayonnement.

Or ces métiers sont particulièrement fragilisés du fait de la baisse tendancielle de la demande (réduction du budget des acheteurs, concurrence chinoise…) et doivent absolument être défendus et protégés. Ils constituent un patrimoine culturel immatériel précieux.

C’est pourquoi j’ai interrogé la Maire du 8e au cours de notre Conseil d'arrondissement du 30 mars 2021 pour savoir quelles initiatives elle comptait prendre (et faire prendre par la Mairie de Paris) pour contribuer à valoriser et préserver les luthiers de la rue de Rome - par exemple un week-end annuel des métiers d’art et d’excellence, une tentative de classement au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO à l’instar de celui des couvreurs parisiens ou des bouquinistes ?

Dans sa réponse, Jean-Pascal HESSE, adjoint à la Maire du 8e en charge de la culture, a indiqué que l’association caritative Passeurs d’Art fondée par l’artisan luthier Jean-Claude DECALONNE devrait bénéficier d’une subvention. Je me félicite de cette aide. La rue de Rome est toutefois sinistrée. Les artisans luthiers devront être aidés de façon plus ambitieuse et durable.



En savoir sur l'association Passeurs d'Arts


Passeurs d'Arts crée des orchestres d'enfants en secteurs défavorisés et mène des actions sociales en utilisant l'art comme vecteur.


Aller sur le site de l'association Passeurs d'Arts

36 vues0 commentaire