Pour un réaménagement plus “inclusif” des Champs-Elysées qui bénéficie aussi au quartier



Le Parisien et Le Journal du Dimanche rendent compte ce week-end du projet de réaménagement de l’avenue des Champs-Elysées impulsé par le Comité Champs-Elysées.


C’est l’occasion de vous rappeler ma position.


Tout projet d’aménagement doit réussir sa bonne insertion locale. Et, lorsque ce projet est financé par nos impôts locaux, ce qui est le cas du projet de réaménagement des Champs-Elysées qui serait largement financé par le contribuable parisien, il doit bien sûr se rapprocher au plus près de l’intérêt général.


Comme j’ai pu l’exprimer à plusieurs reprises, y compris au président du Comité Champs-Elysées Jean-Noël REINHARDT, je considère que les Champs-Elysées, ce n’est pas qu’une avenue, mais aussi un quartier, et que l’un et l’autre sont inséparables et notamment embarqués “dans le même bateau” en termes de réputation - bonne ou mauvaise …


Or, dans son état actuel, le projet de réaménagement ne bénéficierait qu’à l’avenue et non au quartier, qu’au “décor” et non à l’envers de ce décor, qu’aux “touristes” et non aux riverains.


Pourtant, les riverains habitants et commerçants du secteur délimité par les rues de Ponthieu, de Berri, d’Artois, de la Boétie, Saint-Philippe du Roule, du Commandant Rivière et Paul Baudry, subissaient avant la crise du Covid au quotidien - jour et nuit - de graves troubles à la sécurité et à la tranquillité publiques (attroupements, hurlements, klaxons, trafics de stupéfiants et rixes les nuits mais aussi les matins des fins de semaine à proximité et à la sortie des établissements de nuit, vols à la roulotte et dégradations de véhicules, mendicité agressive et vols à l’arraché aux distributeurs automatiques de billets ...), au point d’avoir souvent le sentiment de vivre et de travailler dans une “arrière-cour” abandonnée des Champs-Elysées.


Il y a tant à faire pour eux ! Le projet de réaménagement des Champs-Elysées est une opportunité d’améliorer la situation. La manquer serait incompréhensible, tout particulièrement du point de vue de l’utilisation du budget municipal ...


C’est pourquoi je plaide une nouvelle fois pour un réaménagement plus “inclusif” des Champs-Elysées qui bénéficie aussi au quartier et non à la seule avenue. Dans une mandature post-Covid qui sera particulièrement difficile pour les finances de la Ville de Paris, élargir les bénéficiaires du réaménagement aux riverains et aux Parisiens est probablement la meilleure façon de convaincre les élus de Paris de le soutenir et de consentir à le financer.


Eric LE MITOUARD, "Les Champs-Elysées rêvés par les Franciliens", Le Parisien du 20 juin 2020

Bertrand GRECO et Marie-Anne KLEBER, "Un immense parc au pied des Champs-Elysées", Le Journal du Dimanche du 21 juin 2020


S'abonner à la newsletter

© 2020 par Catherine Lécuyer