Lutter concrètement à Paris contre les discriminations anti-LGBTQIA+



Au cours de notre Conseil d’arrondissement du 18 mai 2021, nous avons débattu du vœu de notre collègue Sophie SEGOND relatif à “la déclaration de la Ville de Paris comme zone de liberté LGBTQIA+.


Nous devons bien sûr lutter contre toutes les discriminations, y compris les discriminations anti-LGBTQIA+. Personne ne doit être discriminé en raison de son orientation sexuelle, de son genre, de son origine, de sa religion, etc.


J’ai toutefois formulé deux remarques.


D’abord, sur la forme. Est évoquée la situation en Pologne. Or, nous délibérons en tant que membres d’un conseil d’arrondissement. Il me semble donc qu’un tel vœu relève du Parlement européen (qui a adopté un texte en ce sens) mais pas de notre assemblée. Pour mémoire, ce qui se passe en Pologne est très différent de la situation française puisqu’il existe en Pologne des zones dites “libres d’idéologie LGBT”. En France, ce n’est pas le cas et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen précise dans son article 1 que tous les hommes naissent libres et égaux en droits.


Ensuite, soyons concrets, quelles avancées ce vœu va-t-il permettre pour lutter contre les discriminations à l’égard des personnes LGBTQIA+ ? Notre collègue évoque le 8e arrondissement qui deviendrait une zone libre pour les personnes LGBTQIA+ par son vœu : n’est-ce pas déjà le cas ? J’aurais préféré un vœu moins déclaratoire et plus concret, à l’instar de ce que font d’autres arrondissements en partenariat avec les associations en charge de la lutte contre ce type de discriminations…


Compte tenu de ce qui précède, je me suis abstenue sur ce vœu.

77 vues0 commentaire