Vœu et intervention en Conseil de Paris sur le marché de Noël des Champs Elysées





Conseil de Paris du 20-21/11/2017.

Vœu relatif aux Marchés de Noël à Paris Groupe les Républicains

Vœu déposé par Florence BERTHOUT, Eric AZIERE, Catherine DUMAS, Jean-François LEGARET, Jeanne d'Hauteserre, Catherine LECUYER, Anne TACHENE, Ann-Katrin JEGO et les élus des groupes les Républicains et UDI-Modem relatif aux Marchés de Noël à Paris

Considérant la tenue depuis plusieurs années de marchés de Noël dans de nombreux quartiers Parisiens, et en particulier sur l'avenue des Champs-Elysées ;
Considérant que ces événements, lorsqu'ils sont organisés en concertation avec les mairies et dans le respect des traditions, sont une source d'animation bienvenue pour notre ville ;
Considérant l'importance des animations lors des fêtes de fin d'année pour l'image et l'attractivité de Paris ;
Considérant que la fréquentation touristique de l'avenue des Champs-Élysées durant la période précédant Noël constitue une vitrine exceptionnelle pour promouvoir la qualité du savoir-faire parisien et francilien dans toute la richesse des secteurs d'activités et des modes de productions présents sur notre territoire ;
Considérant la délibération 2015 DDEEES 35, adoptée par le Conseil de Paris en septembre 2015, attribuant l'organisation du Village de Noël des Champs-Elysées à la SARL Loisirs Associés pour une durée de 2 ans ;
Considérant le vœu du Groupe Les Républicains, adopté à l'unanimité du Conseil de Paris lors du vote de la délibération précitée, demandant l'instauration d'un dispositif de suivi et de contrôle des engagements imposés par la Charte des Marchés de Noël à Paris ;
Considérant que ce vœu n'a jamais été suivi d'effet par la maire de Paris, laissant persister les insuffisances du Village de Noël, en termes d'esthétisme, d'authenticité, de qualité et d'origine des produits et des services proposés ;
Considérant la demande du Groupe UDI MODEM au Conseil de Paris de décembre 2016 de lancer un appel à projets innovants relatif aux fêtes de fin d'année à Paris, avec comme objectif de proposer dès décembre 2017 une expérience touristique originale, audacieuse, innovante, mettant en avant les produits et le savoir-faire artisanal parisien, francilien et français ;
Considérant qu'existent d'autres formes d'exploitation d'une telle opération, à l'instar des modes de gestion des marchés de Noël de Strasbourg ou de Reims, qui peuvent favoriser la sélection individuelle des exposants par la municipalité;
Considérant la décision du Conseil de Paris en juillet 2017 de ne pas reconduire la convention d'occupation du domaine public signée avec la SARL Loisirs Associés ;
Considérant que, malgré les annonces de l'exécutif faisant suite aux sollicitations de plusieurs groupes politiques du Conseil de Paris, aucune réflexion n'a été menée en amont pour trouver un organisateur alternatif au Village de Noël ;
Considérant, par conséquent, que l'avenue des Champs-Elysées ne sera pas animée cette année par un Village de Noël ;
Florence BERTHOUT, Eric AZIERE, Catherine DUMAS, Jean-François LEGARET, Jeanne d'Hauteserre, Catherine LECUYER, Anne TACHENE, Ann-Katrin JEGO et les élus des groupes les Républicains et UDI-Modem émettent le voeu que la maire de Paris :
- Engage une refonte de la Charte des Marchés de Noël à l'issue d'un groupe de travail réunissant l'ensemble des groupes du Conseil de Paris, imposant aux futurs participants :
- La sélection de produits, de services et d'animations originaux, dont l'authenticité est un témoignage d'un savoir-faire parisien ou francilien reconnu et lié aux fêtes de Noël ;
- Le respect des thématiques et valeurs véhiculées par les fêtes de Noël
- L'utilisation d'éléments décoratifs strictement liés au cadre esthétique propre aux fêtes de Noël . L'insertion de la structure de vente dans l'environnement urbain et historique de Paris et de l'avenue des Champs-Elysées
- Mette en place de véritables mesures de contrôle du respect de la Charte par les participants ainsi que des sanctions en cas de non-respect de celle-ci ;
- Prenne toutes les dispositions permettant de doter l'avenue des Champs-Elysées d'un marché de Noël digne de la renommée de Paris à partir de l'édition 2018, après avoir étudié toutes les modalités d'organisation et d'exploitation possibles.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. La parole est à Mme Catherine LECUYER, pour le groupe les Républicains.


Mme Catherine LECUYER. - Mes chers collègues, Madame la Maire.


Depuis des années, nous attirons l'attention de la Ville de Paris sur la piètre qualité du marché de Noël des Champs-Elysées, qui n'est pas à la hauteur de la plus belle avenue du monde et de sa réputation. Il ressemblait en effet plus à une grande foire mercantile qu'à un événement culturel et convivial, et les manèges et autres attractions nuisaient au prestige des Champs-Elysées. Les produits vendus y étaient très souvent hétéroclites, de piètre qualité, bien loin de l'esprit de Noël censé accompagner cet événement, et n'étaient pas représentatifs des spécificités françaises.


Enfin, l'organisation de cette animation avait été confiée à un prestataire unique, dont ni le contrat, ni le cahier des charges n'étaient publics, et qui n'avait visiblement pas respecté ses engagements.


Aussi, nous nous sommes réjouis devant la décision de l'Exécutif de ne pas reconduire la convention d'occupation du domaine public signée avec la S.A.R.L. "Loisirs associés". Même si nous nous interrogeons toujours sur les raisons de ce revirement soudain, nous y avons vu un signal fort montrant que nos préoccupations avaient été prises en compte.


Pour autant, il s'agit à présent de travailler à renforcer la dimension culturelle et esthétique de cet événement, qui représente un événement considérable, drainant 15 millions de visiteurs durant une période touristique majeure.


Malgré nos sollicitations, aucune réflexion n'a été menée en amont pour trouver un organisateur alternatif au village de Noël. L'avenue des Champs-Elysées sera donc dépourvue cette année d'une telle animation.


Nous nous permettons d'insister à nouveau sur les propositions que nous formulons depuis 2014 à l'appui d'une refonte de la charte des marchés de Noël à Paris. Nous proposons en effet de nous appuyer sur les réalisations fructueuses des municipalités, notamment dans l'Est de la France, qui parviennent à proposer des marchés de Noël de qualité s'inscrivant dans des traditions anciennes et mettant en valeur des savoir-faire artisanaux et des produits locaux. Il s'agirait donc d'organiser une animation de qualité supérieure.


Nous proposons donc, avec nos collègues élus UDI-MODEM, que tous les groupes politiques se réunissent pour renforcer la charte des marchés de Noel, qui n'est aujourd'hui pas assez contraignante. Il faut que la totalité des stands soient réservée à des produits et animations qui reflètent réellement cette fameuse ambiance de Noël, en valorisant l'artisanat local et la gastronomie traditionnelle.


Par ailleurs, nous pensons indispensable de réfléchir à de nouvelles modalités d'organisation du marché de Noël. La Ville de Paris devrait pouvoir attribuer individuellement les places aux exposants, à l'instar de ce que fait Strasbourg ou Beauvais, références en la matière. Cela permettrait une maîtrise accrue de la qualité des animations et des produits par la Ville.


Je vous en remercie.


M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame LECUYER.


Encore deux interventions : Eric AZIÈRE, puis Nicolas BONNET.


Monsieur Eric AZIÈRE ?


M. Erlc AZIÈRE. - Un petit rappel.


Vous savez que Noël, c'est dans un mois et qu'il n'y aura rien sur les Champs-Elysées. Je m'attendais à une surprise de votre part au moment de Noël. Je m'attendais peut-être à un Noël inclusif avec la Mère Noël, le Père Noël, mais je ne m'attendais pas à ce que la Ville invente le Noël à blanc, après les Noëls blancs.


On vous avait alertés suffisamment tôt il y a deux ou trois ans sur les insuffisances, le manque d'ambition de ce marché dont vous aviez la responsabilité. On aurait pu éviter cette brutale et incompréhensible interruption et conduire les aménagements et les évolutions du marché en même temps qu'il se poursuivait.


Alors, tous ces vœux sont les bienvenus - je voterai bien sûr celui que j'ai déposé avec le groupe les Républicains - mais ils arrivent trop tard. Il sera urgent de se mettre autour d'une table pour définir la programmation, le concept d'apport, le contenu, la programmation des animations de Noël que nous voulons à Paris et, après, nous lancerons les appels à projets dans le cadre que nous aurons défini.


Excusez-moi de le dire ainsi, mais un Noël à Paris sans marché ou autres animations, c'est comme un Noël sans sapin, sans guirlande, on a juste les boules.


Je vous remercie.


M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président - Merci, Eric AZIÈRE.


La parole est à Nicolas BONNET, pour le groupe Communiste - Front de Gauche.


M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Merci, Monsieur le Maire.


Chacun imagine Noël comme il veut. Je ne pense pas que le marché de Noël soit vraiment une tradition parisienne. Je ne pense pas que les Champs-Elysées soient le lieu le plus populaire de Paris et, évidemment, la question de pouvoir offrir de la qualité aux consommateurs est au coeur du sujet.


Au passage, je voudrais dire que la position du groupe Communiste est en dehors de toute combine, comme certains l'ont laissé entendre dans les médias.


Notre position est issue d'un travail que j'ai mené, qui a été très long, qui s'appelle une Mission d'Information et d'Evaluation sur le "Fabriqué à Paris" et qui préconise de mettre en avant, de valoriser nos artisans, ceux qui produisent et fabriquent à Paris pour relever des défis sociaux et environnementaux. Nous allons aboutir, avec Olivia POLSKI, la semaine prochaine sur un label qui va récompenser et mettre en avant ces artisans.


Aujourd'hui, on a presque 150 artisans qui ont déjà répondu et qui rentrent à peu près dans les critères. Le jury tranchera, mais voilà une belle opportunité pour mettre au coeur du marché, que ce soit à Noël ou à une autre période de l'année, par exemple à Pâques - je pense aux chocolats aussi qui sont fabriqués à Paris - ces questions commerciales, les artisans et ceux qui fabriquent à Paris.


Voilà notre responsabilité en tant qu'élus, en dehors de toute politique et en dehors de toute affaire qui a lieu devant la justice et pas dans cet hémicycle.


Voilà le sens du vœu que je présente qui est de dire que nous proposons que soit étudiée, pour la prochaine édition, dans le cahier des charges, la possibilité d'avoir des artisans et des objets qui sont fabriqués à Paris pour relever des enjeux que l'on a portés notamment dans le Plan Climat.

S'abonner à la newsletter

© 2020 par Catherine Lécuyer