Fontaines du rond-point des Champs-Elysées : questions sur le choix du projet



J’ai interrogé Mme Hidalgo en Conseil de Paris sur le choix du projet des nouvelles fontaines du rond-point des Champs-Elysées pour connaître le processus de prise de décision, les projets alternatifs et les critères de sélection.


Retrouvez ci-après le texte de mon intervention.


Intervention Fontaine du Rond-Point des Champs-Elysées
2019 DAJ 4 DAC
Madame le maire,
Les fontaines du Rond-Point des Champs-Elysées ont été réalisées par Alphand au XIXème siècle dans le cadre d’un projet global d’aménagement des Champs-Elysées. L’élément décoratif de ces fontaines est alors une gerbe de roseaux en fonte au centre de laquelle jaillissent les jeux d’eaux. De 1932 à 1958, le décor central est remplacé par un décor en verre réalisé par Lalique. Ce décor est très vite endommagé et démonté en 1958. C’est Max Ingrand qui réalise le décor verrier en place jusqu’en 1998. Détériorés alors par les supporters de la coupe du monde, les corolles d’Ingrand sont alors démontées et les fontaines mises hors d’eau étant donné la vétusté des installations. Des talus plantés de fleurs sont alors créés à l’arrière pour pallier à l’absence d’eau.
20 ans donc que ces fontaines attendaient de reprendre vie et l’initiative du Fond pour Paris de financer leur restauration pour 6 millions d’euros ne pouvait que susciter l’enthousiasme.
Quelques questions se posent néanmoins sur le choix du projet retenu au-delà de l’esthétisme des Fontaines qui a suscité de nombreuses réactions. Il faut dire que celui-ci est bien loin des fontaines d’origine car la restauration initialement évoquée s’est transformé en une création très contemporaine.
La première question est le processus de sélection du projet. En effet, lors de la réunion de présentation de celui-ci par les frères Bouroullec devant la commission des sites, l’architecte des bâtiments de France, madame Combin, expliquait, je cite « qu’elle n’a pas été associée, pas plus que l’inspecteur des sites, au choix du projet parmi les 5 candidats. Qu’elle l’a découvert à l’automne 2017 lors d’une réunion à l’Hôtel de ville » Fin de citation. Les élus de l’arrondissement concerné n’ont pas participé eux non plus à la sélection.
Pas plus que les élus membre du conseil d’administration du fonds pour Paris ou des habitants. Qui a donc décidé du projet ? Quels sont les 4 autres projets envisagés ? Quels étaient les critères de sélection ? Quelles garanties avons-nous quant à la durabilité des Fontaines ? Toutes ces questions restent sans réponse.
Or, les Fontaines du Rond-Point s’inscrivent dans l’ensemble cohérent et harmonieux des Champs-Elysées qui demande à être respecté sous peine de casser cet esthétisme que les touristes du monde entier viennent admirer.
Le financement de la restauration du patrimoine parisien par des fonds privés est une excellente nouvelle car nous savons tous combien la ville et l’Etat n’ont plus les moyens de l’assurer seuls. Mais, les financements privés permettent-ils tout ? Ce bien commun que constitue notre patrimoine et l’importance de sa transmission doivent rester notre unique souci. Il est donc essentiel que nous ayons des garde-fou. Quels étaient-ils dans le cas de la restauration des fontaines ?
Tous ces questionnements madame le Maire sont essentiels car si notre politique culturelle tend de plus en plus à être soutenue par le privé elle doit absolument continuer à émaner des pouvoirs publics.
Merci

S'abonner à la newsletter

© 2020 par Catherine Lécuyer