Pépinière d'entreprises provisoire 25 rue de Constantinople



Un exemple de pépinière d'entreprises


Conseil du 8ème arrondissement du 28/11/2017.


Question orale présentée par Mesdames Eve DESBONNETS, Catherine LECUYER, Sophie BOYER CHAMMARD, Monsieur Marc PACHECO, relative à la pépinière d'entreprises située au 25 rue de Constantinople


Mme LECUYER : C'est juste une petite question au sujet de l'édito de Vincent ce mois-ci. Il a évoqué la pépinière d'entreprises qu'on a eu l'occasion de visiter il y a un mois.


Nous nous réjouissons qu'une pépinière d'entreprises ait pu s'installer temporairement au RDC du 25 rue de Constantinople.


M. BALADI : Merci pour cette question qui nous permet une fois de plus de parler de ce beau projet, qui vient d'être finalisé après des mois de travail, et qui continue de grandir, comme de nombreux projets de la nouvelle économie.


Tout d'abord, nous sommes très heureux que ce projet, initié par Madame le Maire du 8éme et moi-même, vous réjouisse selon vos propres termes.


Cette idée a été mûrie et travaillée avec deux jeunes créateurs d'entreprise, Augustin et Benjamin, qui ont créé une association, dénommée « B&A Start Lab », et qui cherchaient un local pour aider les autres entrepreneurs comme eux.


Dès le printemps dernier, nous les avons mis en relation avec la responsable du centre d'hébergement d'urgence (CHU) Aurore de la rue de Constantinople, qui avait évoqué le fait que le rez-de-chaussée ne pouvait pas être utilisé pour de l'hébergement, et Aurore n'était pas à même d'aménager temporairement ce rez-de-chaussée sans l'aide d'autres bonnes volontés.


C'est aussi pourquoi, Augustin et Benjamin se sont proposés de :


- aménager à leurs frais et sans participation financière de la Ville ce lieu avec des meubles, tables, sols, etc., notamment avec des matériaux de récupération ;


- le nettoyer et l'entretenir ;


- connecter ce lieu à Internet ;


- le séparer du centre d'hébergement;


- permettre à d'autres entrepreneurs de s'y installer.


C'est donc l'association « B&A Start Lab » qui porte la pépinière, sans subvention de la Mairie.


Le but de cette association est, comme d'autres pépinières, de promouvoir l'entrepreneuriat chez les jeunes et de créer des synergies avec les hébergés (formations, bénévolat, organisation d'activités, etc.).


Pour répondre précisément sur les critères de sélections des entrepreneurs et des start-ups sélectionnées : les entreprises ont été sélectionnées par l'association sur dossiers et entretien oral des candidats, avec des critères précis, en privilégiant les entrepreneurs locaux parisiens et de notre arrondissement.


Voici les critères de sélection :


- les porteurs de projet sont des étudiants ou sortent tout juste de leurs études ;


- les candidats doivent correspondre aux valeurs du lieu et comprendre ses synergies avec le CHU;


- le projet doit être défini, mais peut aller du concept à la structure créée ;


- les jeunes entrepreneurs doivent être suffisamment motivés et avoir conscience que ce lieu est associatif ;


- les candidats doivent avoir « besoin » d'un coup de pouce et être prêts à aider en retour leur prochain dans le futur ;


- les candidats doivent démontrer une réelle envie de participer à la création d'un réseau ;


- d'entrepreneuriat social et de continuer à le promouvoir une fois sorti de la pépinière.


Pour répondre à la question sur la communication, voici un bref rappel de ce qui a été fait :


- Communication sur les réseaux sociaux, plébiscités par les jeunes créateurs de start-ups par deux tweets relayés notamment sur le site de la mairie ;


- Information des riverains lors d'une porte ouverte ;


- Création d'un site internet ;


- Communication auprès des écoles et prépa du 8ème (dont Augustin et Benjamin sont issus notamment);


- Présence active à l'opération « portes ouvertes » du CHU ;


- Communication auprès des entreprises du ge intéressées ;


- Tribune dans le journal du 8ème de novembre 2017.


Par rapport à la temporalité du lieu, il a vocation, comme d'autres incubateurs avant lui, et surtout après, à aider ces « jeunes pousses » dans leur croissance, pour qu'elles trouvent à terme des locaux en dur. Leur ajouter des contraintes, des freins ou des débats sans fin auraient décalé d'autant l'ouverture de cette pépinière d'entreprises, dont la temporalité est déjà existante.


Mme LECUYER : Donc, on a des gens qui correspondent à tous les critères, qui sont allés toquer là-bas, ils sont tombés sur le gardien qui ne savait pas. Ils ont appelé la Mairie et on leur a dit qu'on ne savait pas. Donc, je leur ai dit que je poserai la question.

S'abonner à la newsletter

© 2020 par Catherine Lécuyer