Intervention en Conseil de Paris sur le financement de la restauration des églises parisiennes





Conseil de Paris des 4-5-6/07/2016.


Mme Catherine LECUYER. - Madame la Maire, chers collègues, enfin, que de temps perdu ! Depuis des années, les autorités religieuses, comme les spécialistes du patrimoine, alertent sur l'état déplorable de plusieurs églises parisiennes.
Outre leur aspect inesthétique, les dégradations constituent une véritable menace pour les visiteurs puisqu'on voit régulièrement certains éléments architecturaux se détacher sous le poids des ans, comme cela s'est produit pour l'église Saint-Augustin qui souffre de dégradations considérables, sans parler de l'église de La Madeleine ou encore de Saint-Philippe-du-Roule.
Or, il est de la responsabilité de la Ville de Paris d'assurer l'entretien et la restauration du patrimoine artistique à caractère religieux. Au-delà de leur caractère spirituel et culturel, les églises contribuent indéniablement à l'attractivité touristique de notre ville. Ce patrimoine a malheureusement été négligé pendant des décennies par la Municipalité parisienne qui s'est souvent contentée de parer au plus pressé en faisant poser des filets de protection sur les édifices trop endommagés qui risquaient de s'effondrer.
Vous vous êtes donc engagés pour un montant de 80 millions d'euros sur la période 2015-2020 dans le cadre du programme d'investissements municipal relatif au programme culturel, auquel s'ajoute un engagement de l'Etat d'environ 10 millions d'euros.
Nous sommes malheureusement très loin du compte au regard des besoins. Pour compléter ce Plan Eglises, vous prévoyez de rechercher des financements externes par du mécénat ou la mise en place de bâches publicitaires sur les échafaudages de travaux. Ces compléments de ressources seront précieux pour assurer une restauration effective de plusieurs édifices et cette convention est plus que louable. Nous regrettons juste qu'elle arrive si tard et qu'il vous ait fallu autant de temps pour en accepter le principe.
Nous nous interrogeons cependant sur les montants évoqués. Selon la presse, la location de ces espaces pourrait rapporter plus de 3 millions d'euros à la Mairie. Or, les sites concernés, comme la place de la Madeleine, Saint-Augustin ou Saint-Louis-en-l'Ile sont de véritables aubaines pour les annonceurs. Rappelons que les bâches placées sur la façade de l'Automobile Club, place de la Concorde, ont rapporté 5 millions d'euros pour financer les travaux de rénovation.
Aussi, il serait indispensable de veiller à une juste rémunération de la part des prestataires qui doivent verser une contribution suffisante en contrepartie de cette nouvelle opportunité. En outre, il faudra être vigilant quant au contenu de ces publicités. Les annonces ne doivent être ni laides ni provocantes pour ne pas nuire à la qualité esthétique des lieux ou heurter les fidèles.
Enfin, ces bâches ne doivent être qu'un outil parmi d'autres pour aider à sauver nos églises. Il sera notamment très utile d'encourager le mécénat via la Fondation Avenir du Patrimoine à Paris. Au-delà des clivages politiques ou des différentes sensibilités, les églises parisiennes méritent une nouvelle ambition pour éviter la ruine
Merci.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci, Madame LECUYER.

LIENS

S'abonner à la newsletter

© 2020 par Catherine Lécuyer