Compte administratif 2020 : un art d’exécution



Au cours du Conseil d'arrondissement du 30 mars 2021, je me suis abstenue sur l’approbation du compte administratif 2020 pour deux principales raisons auxquelles les éléments de réponse apportés n’ont pas été satisfaisants (pour mémoire, le compte administratif traduit l’exécution du budget et retrace l’ensemble des dépenses et des recettes de l’année écoulée).


D’une part, j’ai rappelé à la majorité d’arrondissement qu’il était bel et bien techniquement possible non seulement pour plusieurs conseils de quartier de mutualiser leurs budgets d’investissement pour financer un projet commun, mais encore pour un conseil d’arrondissement de reporter son budget d’investissement d’une année n sur l’année n+1 pour anticiper le financement d’un projet ambitieux. La plupart des autres arrondissements parisiens le prévoient dans leurs propres Chartes des conseils de quartier. La soi-disant “impossibilité” régulièrement invoquée par la majorité n’est donc pas une contrainte budgétaire municipale mais un choix politique local, choix qu’illustre le dernier alinéa de l’article 24 de la Charte de fonctionnement des conseils de quartier du 8e arrondissement.


D’autre part, j’ai soulevé une question budgétaire logique : les crédits des budgets “fêtes, cérémonies et réceptions” ont été largement consommés en 2020 alors même que les événements ont été réduits à la portion congrue. Comment expliquer une telle consommation excessive ?

25 vues0 commentaire